Rechercher

Des pertes abyssales

Mis à jour : 26 déc. 2020


La DNCG évoque un montant de pertes qui culminerait à 800 millions d'euros.

"La situation financière du football français est extrêmement préoccupante parce qu'elle est structurellement déficitaire".

Nous ne sommes pas les seuls à avoir dit que le football français marchait sur la tête et dans toutes nos réunions et débats, ce thème était abordé avant le Covid et les mises en garde fusaient.

Alors que l'argent coulait à flot, que les droits télé flambaient, que l'organisation de la nouvelle édition de la Coupe du monde des clubs allait se tenir en Chine, le nouvel Eldorado financier du foot envisagé, nos mises en garde ressemblaient à des bavardages de vieux combattants.

Il a suffi d'une crise sanitaire pour que le château de cartes s'effondre. Plus de spectateurs, plus droits Tv... L'argent manque, cet argent facile qui entrainait toutes ces dérives.


Le foot français sans filet

"On rentrera, la saison prochaine, dans une situation où tous les clubs français auront consommé la totalité de leurs fonds propres. Il n'y aura plus de capacité à affronter le moindre aléa", a-t-il ainsi asséné. Mickeler le président de la DNCG.


Le foot vit à crédit.

Comme toute société ou personne qui connait des difficultés, le football français cherche des solutions pour combler les trous. Il a choisi la plus facile, la fuite en avant ... en empruntant avec la bienveillance de l'état qui lui apporte sa caution.

Au mois de mai, la ligue a déjà emprunté 225 millions, un prêt cautionné par l'état sur la base des rentrées prévues sur trois ans avec Médiapro. Comme Médiapro ne payera pas, on peut se demander comment la ligue va rembourser sa dette ?

Bien sur, un autre diffuseur va reprendre le contrat et les droits de diffusion, mais à quel prix? Certainement pas sur les bases de Médiapro dont les mauvais résultats (500 000 abonnements au lieu des 3 000 000 prévus) vont refroidir les prétendants.

Ce n'est pas tout. Les clubs continuent à s'endetter et demandent, les uns après les autres, à l'état ce fameux prêt garanti. L'état prête encore ! Et pourtant, il sait qu'il n'a que très peu de chance d'être remboursé car le modèle actuel est structurellement déficitaire.

On peut, en effet, se demander si l'on a pas atteint une limite sur les droit Tv en prenant le supporter pour une vache à lait capable de s'abonner à n'importe quoi et à n'importe quel prix ?


Le foot français doit s'adapter.

Pour les clubs, il n'est pas facile d'arrêter cette surenchère des dépenses et des salaires, mais si le football français ne profite pas de cette crise pour construire les bases d'un modèle plus sain, il va au-devant de graves désillusions.

Que de beaux débats à venir avec nos copains ...


1 vue0 commentaire

© 2020 cheveuxauvent.bzh